C’était l’une des plus grandes annonces de ces derniers mois. En effet, en janvier 2021, des rumeurs éclatent autour d’une potentielle interdiction des cryptomonnaies de la part du gouvernement nigérian. Cette annonce provenait de tensions internes et sociales à l’intérieur du pays. Cependant, c’est une certitude maintenant, le gouvernement n’a pas voté pour une interdiction d’échange et de détention de cryptomonnaies dans le pays, surtout connu pour être le paradis de la cryptomonnaie en Afrique et dans le monde. Mais alors, retraçons ensemble l’historique de cette rumeur. 

Une rumeur lancée par la Banque Centrale nigériane

C’est certainement le sujet qui a le plus été traité par les magasines et qui a fait grand bruit dans le monde de la cryptomonnaie. En effet, en janvier dernier, un document de la Banque Centrale nigériane met le feu aux poudres. Dans ce document est stipulé un rappel à la loi pour toutes les banques et les établissements qui souhaiteraient échanger ou faciliter les paiements avec les cryptomonnaies. Cependant, cette dépêche, pourtant très claire rappelant aux établissements financiers qu’il est interdit, pour eux seulement, d’échanger et de faciliter les paiements, n’a pas été bien comprise par la population, ni par les investisseurs étrangers. La rumeur était donc lancée. En l’espace de quelques jours, le monde entier s’empare de cette annonce et s’inquiète d’une potentielle interdiction des cryptomonnaies dans les prochains jours.

Ces rumeurs iront même jusqu’à toucher les États-Unis et les cours du marché de la finance décentralisée. En l’espace de quelques jours, certaines actions s’effondrent, les investisseurs craignant donc une crise majeure dans les cryptomonnaies. Cependant, aucun de ces événements n’a eu lieu puisque la Banque Centrale a rectifié le tir et a donc publié un nouveau document. Dans cette nouvelle missive, la Banque Centrale nigériane rappelait donc que la détention et la possibilité d’échanger n’étaient pas du tout interdites. En substance, cet organisme a donc rappelé que l’interdiction ne concernait que les établissements financiers qui souhaitaient échanger ou faciliter des paiements. 

Cependant, cette interdiction en elle-même pose question. À l’heure actuelle, le monde des cryptomonnaies est en plein mouvement et les entreprises sont très nombreuses à autoriser de plus en plus le paiement en cryptomonnaies. Alors, cette interdiction de facilitation de paiement continuera-t-elle dans ce que l’on appelle le paradis des cryptos ? Pour l’instant le gouvernement du Nigeria campe sur ses positions et il se peut que cette interdiction ne change pas dans les mois à venir, ce qui pourrait contraindre la croissance de certaines cryptomonnaies à l’avenir. 

Pour rappel, le Nigeria représente à l’heure actuelle, le 3e pays au monde au niveau des échanges dans le milieu des cryptomonnaies. Au même titre que d’autres pays comme les États-Unis ou encore la Russie, les cryptos sont très importantes et gagnent de la valeur chaque jour. Pour la communauté des cryptos, cette interdiction ne devrait pas durer, car cela poserait de nombreux problèmes dans les mois à venir surtout au niveau des entreprises comme PayPal ou encore VISA, qui propose déjà des paiements en cryptos.

Partager
Article précédentCybercriminalité : faites attention à vos portefeuilles de bitcoins !
Article suivantLe monde des cryptomonnaies pourrait devenir neutre en carbone d’ici 2040
Maxime, aka votre "Conseiller" sur achat-bitcoin.fr est un early adopter du Bitcoin depuis 2011. D'abord intéressé par la technologie, du minage à l'unité de compte, il a passé de très longues heures à en apprendre plus sur la blockchain et le principe de monnaie décentralisée. Habitué des places de marché et de l'utilisation des crypto-monnaies, je souhaite par ce site Internet aider à la démocratisation des monnaies comme le Bitcoin, Litecoin ou Peercoin. Dons BTC : 1Maxime5w2BGvorFG2BRtU9JjPomMfgaJ5

Commenter

Commentaire vide !
Entrez votre nom