Vous le savez, lorsque les cryptomonnaies étaient en plein dans leur augmentation fulgurante, les gouvernements mondiaux ont quasiment tous décidé de se lancer dans la course pour créer des monnaies virtuelles basées sur les monnaies classiques afin d’apporter une réponse rapide et concise. Cependant, dans la réalité, tout ne s’est pas passé comme prévu. Tout en haut du podium, le Yen numérique qui est déjà à l’essai et qui devrait, à terme, remplacer le yen classique dans les années à venir. Dans cette envie de créer des monnaies numériques, il faut voir une envie de redynamiser le secteur de la monnaie et de repenser les modèles de consommation de la monnaie afin de les rendre plus simplifiés et plus rapides, quoi qu’il arrive. En Europe, l’égal du Yen est l’Euro numérique, une envie de la part de la Banque Centrale européenne de rentrer dans cette course effrénée. 

Un projet lancé en novembre dernier 

Lorsque les cryptomonnaies ont commencé à exploser, les organisations gouvernementales et les états ont décidé d’emboiter rapidement le pas afin d’éviter de sortir du train rapidement. En effet, les monnaies numériques pourraient potentiellement devenir une menace pour les monnaies classiques. Par conséquent, le meilleur contre a été de penser différemment et de se lancer dans cette course. Bien évidemment, tout cela n’est pas arrivé sans embûches. En effet, l’euro numérique a été créé en novembre 2020 par l’impulsion de différents pays comme l’Allemagne ou encore la France. Dans l’idée, le but était donc de proposer un équivalent à l’euro classique sur le plan numérique afin de faciliter les échanges et de permettre à un grand nombre d’investisseurs de redynamiser l’euro. 

Bien évidemment, il est important de dire que le projet se portait très bien avant la crise des cryptos. En effet, dès le début du krach boursier, l’euro numérique a pris du retard. À ce moment précis, les gouvernements et la BCE ont dû réfléchir murement à cette idée afin de ne pas se lancer dans un projet qui pourraient les mener à la ruine. Par conséquent, le temps des discussions a été assez long, mais le projet reste encore d’actualité. 

 

Dans un autre sens, la crise sanitaire que nous vivons montre à quel point la monnaie n’a plus lieu d’être. En effet, le paiement numérique est de plus en plus utilisé et il est préféré par la majorité des jeunes adultes. Par conséquent, l’euro numérique viendrait prendre cette place vacante, réclamée par de nombreux Européens. 

Cependant, venons-en au fait, cet euro numérique n’est pas encore prêt. En effet, selon les informations de la BCE, l’euro numérique n’est pas prêt à être lancé. Selon eux, l’horizon originel était 2023. Toutefois, cette date ne sera pas possible à tenir et les projections ont été revues à la baisse avec pour horizon 2025. Dans les directives, il semblerait donc que l’euro numérique pourrait être utilisé pour payer sur le web par différentes manières et pourrait même être utilisable dans les commerces. Pour l’instant, aucune autre annonce n’a été réalisée. 

Partager
Article précédentElon Musk fait volte face et exhorte les Bitcoins a être moins polluants
Article suivantChristine Lagarde demande la régulation du Bitcoin
Maxime, aka votre "Conseiller" sur achat-bitcoin.fr est un early adopter du Bitcoin depuis 2011. D'abord intéressé par la technologie, du minage à l'unité de compte, il a passé de très longues heures à en apprendre plus sur la blockchain et le principe de monnaie décentralisée. Habitué des places de marché et de l'utilisation des crypto-monnaies, je souhaite par ce site Internet aider à la démocratisation des monnaies comme le Bitcoin, Litecoin ou Peercoin. Dons BTC : 1Maxime5w2BGvorFG2BRtU9JjPomMfgaJ5

Commenter

Commentaire vide !
Entrez votre nom