Nous vous en avions déjà parlé précédemment, le monde des cryptomonnaies est un secteur qui consomme énormément d’énergie. En effet, entre le minage et les échanges, c’est un milieu où l’énergie est consommée en grande quantité. Depuis un rapport de la part d’un organisme tiers, le monde des monnaies virtuelles se retrouve donc au centre d’une nouvelle polémique : celle du climat et de la protection de l’environnement. Selon ce rapport, le Bitcoin consomme autant qu’un grand pan de l’industrie mondiale. En bref, tout cela doit changer. 

140 TWh par an soit plus de 1 % de l’électricité mondiale 

Ce chiffre peut sembler très petit au niveau mondial. Cependant, si l’on transpose ce 140 TWh, il est bon de dire que cela représente à quelques Wh, la consommation totale d’un pays comme la Finlande ou la Suède. Si l’on émet cette comparaison, cela devient tout de suite beaucoup plus clair. En effet, le monde des cryptomonnaies et en particulier le minage est beaucoup trop énergivore. Dans la continuité de ce chiffre et de son aspect gigantesque, les entreprises ont décidé de réagir en proposant des solutions pour l’avenir. En accord avec l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), certaines plateformes ont mis en place un plan détaillé pour atteindre une neutralité carbone d’ici à 2050. 

Toutefois, après plusieurs semaines de réflexion, il semblerait que cet aspect soit totalement impossible à obtenir dans la suite des événements. En effet, le monde des monnaies virtuelles est de plus en plus entaché par de petits scandales et la popularité n’est plus la même qu’il y a quelques semaines, notamment à cause du krach boursier que ce monde vit depuis. Par ailleurs, cette surconsommation énergétique ferme aussi des portes au Bitcoin et peut donc l’entrainer dans sa chute. 

Autrement, vu qu’un grand nombre de personnes soient favorables à ce que le Bitcoin remplace des monnaies classiques. Il est bon de savoir qu’un seul échange ou un paiement en Bitcoin représente plus de 700 kWh, soit deux mois de consommation pour un ménage français. À l’inverse, 150 kWh représente plus de 100 000 paiements en visa. Par conséquent, les envies de remplacement des monnaies actuelles sont louables, certes, mais totalement inconcevables au niveau écologique. 

Des voix s’élèvent pour défendre les cryptomonnaies

Vous le savez très certainement, mais le monde des cryptos est très fourni en spécialiste, qu’ils soient climatologues ou scientifiques. Par conséquent, de nombreuses voix se sont élevées pour défendre ce monde-là. Pour tous ces scientifiques, le monde des cryptomonnaies doit évoluer, c’est certain, mais ne représente pas le mal absolu. Pour ces professionnels de différents domaines, il ne faut pas non plus que ce secteur devienne le souffre-douleur d’une société sur consommatrice en matière d’énergie qui veut trouver des coupables.

Pour toutes ces personnes, oui, des règles doivent être mises en place, mais il est important aussi de laisser libre cours à ce nouveau modèle afin que celui-ci se perfectionne, notamment au niveau du minage qui n’est encore qu’à ses débuts. Dans les années prochaines, des solutions plus écologiques devraient certainement voir le jour. 

Partager
Article précédentElon Musk fait vaciller le cours du Dogecoin
Article suivantElon Musk fait volte face et exhorte les Bitcoins a être moins polluants
Maxime, aka votre "Conseiller" sur achat-bitcoin.fr est un early adopter du Bitcoin depuis 2011. D'abord intéressé par la technologie, du minage à l'unité de compte, il a passé de très longues heures à en apprendre plus sur la blockchain et le principe de monnaie décentralisée. Habitué des places de marché et de l'utilisation des crypto-monnaies, je souhaite par ce site Internet aider à la démocratisation des monnaies comme le Bitcoin, Litecoin ou Peercoin. Dons BTC : 1Maxime5w2BGvorFG2BRtU9JjPomMfgaJ5

Commenter

Commentaire vide !
Entrez votre nom