Nous vous en avions parlé il y a de cela quelques semaines, le Bitcoin est aussi une industrie qui est très énergivore. Concrètement, selon un rapport paru aujourd’hui, il semblerait que le Bitcoin, à lui seul, consomme autant que la Norvège sur une année. C’est en tout cas ce qu’une entreprise de statistiques a mis au jour. Cette donnée vient une fois de plus rajouter du pain à tous les détracteurs des cryptomonnaies. En effet, dans un contexte global de réduction de l’empreinte carbone, le Bitcoin consommerait beaucoup trop d’énergie. 

140 téléwattheures pour l’année : un chiffre colossal 

C’est l’un des chiffres les plus importants pour le marché des cryptomonnaies. Selon les données de ce centre de statistiques, le Bitcoin et les échanges pourraient représenter la consommation énergétique de la Norvège à l’Année. Ce chiffre est absolument colossal et représente bien la folie actuelle. Bien évidemment, cela fait déjà plusieurs mois que les économistes et les écologistes scientifiques alertaient sur les dangers de ces monnaies au niveau de l’environnement. Cependant, une fois de plus, l’économie a surpassé l’écologie. Avec ces récentes sorties et l’apparition de ce chiffre, le monde des cryptomonnaies ne peut plus regarder autre part et va être obligé d’évoluer pour prendre en compte le risque écologique de son fonctionnement. 

Cela fait déjà plusieurs mois que certains écologistes pointent du doigt le monde des cryptomonnaies comme étant beaucoup trop polluants pour fonctionner. En effet, chaque échange de Bitcoin consomme énormément d’énergie. Dans une industrie qui se veut entièrement virtuelle donc sans réelle pollution physique, l’impact écologique reste beaucoup trop important pour ne pas être pris au sérieux. Bien évidemment, nous savons tous qu’Internet est le premier polluant dans le monde depuis l’année 2020. En effet, chaque mail sur une boite mail représente un grand montant de pollution énergétique. Par conséquent, des échanges sont aussi très polluants. 

Une neutralité pour 2050 

Selon tous les dirigeants de plateformes de cryptomonnaies, l’envie première est donc de réduire de moitié l’impact écologique d’ici à 2030 et d’atteindre une neutralité en carbone avant 2050. Bien évidemment, pour beaucoup d’écologistes, cette envie est louable certes, mais est quasiment infaisable. En effet, il faudrait que tous les serveurs où sont stockées les cryptomonnaies soient tous reliés à des centrales énergétiques solaires ou éoliennes. Par conséquent, cela semble impossible dans les années à venir. En effet, tant que certaines réglementations ne seront pas mises en place pour réduire drastiquement la consommation énergétique. Cependant, ces changements doivent s’opérer globalement et non pas ponctuellement. Le monde de cryptomonnaies est donc dans un dilemme impossible : continuer de grandir et créer une nouvelle économie ou alors réduire radicalement les échanges et entrer dans une neutralité totale rapidement afin de reprendre de plus belle par la suite. Concrètement, il semblerait que la solution soit entre les deux. Pour l’instant, bien que l’ONU et l’OMC se sont déjà prononcées à ce sujet, aucune réglementation ni aucune décision n’a été prise pour améliorer l’écologie au sein des cryptomonnaies. L’avenir paraît donc incertain pour les cryptomonnaies. 

Partager
Article précédentUne prédiction pour l’Ethereum autour de 18 000 dollars pour la fin de l’année
Article suivantElon Musk pourrait autoriser le paiement en Dogecoin sur Tesla
Maxime, aka votre "Conseiller" sur achat-bitcoin.fr est un early adopter du Bitcoin depuis 2011. D'abord intéressé par la technologie, du minage à l'unité de compte, il a passé de très longues heures à en apprendre plus sur la blockchain et le principe de monnaie décentralisée. Habitué des places de marché et de l'utilisation des crypto-monnaies, je souhaite par ce site Internet aider à la démocratisation des monnaies comme le Bitcoin, Litecoin ou Peercoin. Dons BTC : 1Maxime5w2BGvorFG2BRtU9JjPomMfgaJ5

Commenter

Commentaire vide !
Entrez votre nom