Cela fait maintenant plusieurs mois que le monde des cryptos s’est écrasé et que la bulle spéculative a explosée. En effet, depuis mars 2021, les valeurs sont en chute libre et certains cours s’effondrent totalement. Selon de nombreux économistes, cette bulle spéculative aurait dû exploser il y a bien longtemps et le drame a été retardé. Toutefois, cela reste un cauchemar pour un grand nombre d’investisseurs qui ont perdu une grande partie de leur capital. À la suite de ces effondrements, les gouvernements, qui avaient tout fait pour pouvoir accepter ces monnaies, ont donc dû trouver des solutions pour se protéger. Pour de nombreux pays, cette protection est passée par un rejet pur et simple des cryptos, c’est le cas de la Chine ou de la Thaïlande, par exemple. Heureusement, d’autres pays ont plutôt réfléchi à des réglementations à mettre en place pour protéger ces actifs. 

Une régulation plus spécifique 

Au tout début de cette crise, les pays se sont rapidement retrouvés avec une crise majoritaire. Bien entendu, cette crise est venue se rajouter à la crise économique due à la pandémie de la COVID-19. Le contexte étant beaucoup trop complexe, de grandes puissances ont tout simplement décidé de se sortir durablement de ces monnaies virtuelles. Cependant, selon de nombreux économistes et spécialistes de ce marché, ce n’était pas la bonne chose à faire. En effet, quoi que l’on puisse en dire, les monnaies virtuelles vont, à terme, remplacer les monnaies classiques, qu’on le veuille ou non. Pour beaucoup d’entre eux, les monnaies virtuelles par la force des choses vont repartir à la hausse dans les prochaines semaines/mois/ ans. Si l’on prend l’économie mondiale, c’est certain que tout cela va être dynamisé par l’arrivée de nouvelles technologies. Cependant, cela était peut-être trop tôt. Le constat qui a été réalisé par ces économistes est sans faille : pour eux, les cryptomonnaies n’étaient pas prêtes à remplacer aussi rapidement les monnaies classiques. En effet, de par leur volatilité et leur attractivité trop importante, celles-ci ne pouvaient pas représenter des actifs viables sur lesquels se reposer durablement.

 

Par conséquent, cette crise n’est pas si destructive. En effet, pour eux, la crise que nous vivons actuellement avec les monnaies virtuelles est une bonne nouvelle, car de nouvelles cryptomonnaies vont voir le jour, avec de nouveaux modèles économiques et de nouvelles options précises. En clair, ce n’est pas une si mauvaise nouvelle. En dehors de cela, le Bitcoin, monnaie la plus connue et la plus utilisée, est un vrai désastre écologique. Par conséquent, il n’est pas possible que celle-ci perdure dans le temps sans être en accord avec la politique sociétale actuelle. 

Ce que proposent ces économistes est simple : réguler pour préparer l’avenir. Concrètement, pour eux, nous sommes au meilleur moment pour relancer un mouvement sain et faire repartir ces monnaies à la hausse. Pour cela, il va falloir réfléchir à de nouveaux modèles. Il faut donc penser différemment et voir plus loin. Les cryptomonnaies vont changer le monde, un jour ou l’autre. Par conséquent, il est important d’en faire un outil sain.

Partager
Article précédentLa Thaïlande prend part à la guerre contre les cryptomonnaies
Article suivantBaby Doge Coin : la nouvelle folie d’Elon Musk
Maxime, aka votre "Conseiller" sur achat-bitcoin.fr est un early adopter du Bitcoin depuis 2011. D'abord intéressé par la technologie, du minage à l'unité de compte, il a passé de très longues heures à en apprendre plus sur la blockchain et le principe de monnaie décentralisée. Habitué des places de marché et de l'utilisation des crypto-monnaies, je souhaite par ce site Internet aider à la démocratisation des monnaies comme le Bitcoin, Litecoin ou Peercoin. Dons BTC : 1Maxime5w2BGvorFG2BRtU9JjPomMfgaJ5

Commenter

Commentaire vide !
Entrez votre nom