Le titre peut faire froid dans le dos, c’est bien vrai. Toutefois la question est réellement posée dans le monde de la finance. Bien évidemment, les cryptomonnaies en général ne disparaîtront pas, c’est plutôt le modèle actuel qui disparaitra. Par ailleurs, il faut aussi mettre un réserve à cette déclaration qui a été faite par Andrew Bailey, le gouverneur de la banque centrale Britannique qui n’est certainement pas connu pour son attrait pour les cryptomonnaies.

Un septicisime exacerbé

Ce n’est plus un secret pour personne, Andrew Bailey est considéré comme un sceptique parmi les sceptiques. En effet, actuellement à chacune de ses sorties médiatiques, le gouverneur de la banque Centrale se montre très virulent contre les cryptomonnaies.

Parmi toutes les déclarations que cet élu a pu faire, il y en a une qui a fait énormément parlé d’elle. En effet, à l’occasion du World Economic Forum, Bailey aurait soutenu que les cryptomonnaies ne pourrait jamais avoir d’impact sur la finance mondiale et qu’il prévoyait leur disparition dans un futur proche.

La cryptomonnaie n’offre aucune stabilité

Bien évidemment, comme pour beaucoup de dirigeants, l’inquiétude majeure réside dans le fait que les cryptomonnaies restent des actifs extrèmement volatiles dont la valeur peut évoluer très rapidement dans le bon ou le mauvais. Selon Andrew Bailey, cette dernière caractéristique représenterait le seul et unique frein à leur développement. En effet, cette volatilité ne permet pas aux acteurs de la cryptomonnaie de bénéficier de garanties financière.

Toutefois, pendant plus de 2 mois, les cryptomonnaies ont totalement fait mentir le gouverneur puisque ces actifs ont été très compétitifs sur les marchés financiers d’une part, mais ont aussi fait bénéficier un grand nombre de personnes d’une garantie financière sans pareil.

La réglementation comme cheval de bataille

Comme pour tous les autres dirigeants et les organisations gouvernementales, la deuxième inquiétude qui règne reste bien évidemment la réglementation en vigueur afin de limiter les échanges. En effet, ce qui effraie les banques centrales et les gouvernements est très certainement le fait que les cryptomonnaies ne possèdent pas d’emetteur. Par conséquent, il est absolument impossible d’en contrôler la production et de savoir avec précision le montant total en circulation.

Bien que des projets de réglementation soient déjà en test partout dans le monde et que le FMI et la BCE soient déjà en train de se lancer dans la réglementation, un grand nombre de banques centrales ont déjà décidé de sauter le pas et de créer leur propre cryptomonnaie afin de se lancer dans la compétition.

Par ailleurs, Andrew Bailey, dans ses multiples déclarations a aussi appuyé sur le fait que la confidentialité des transactions de ces monnaies virtuelles était à revoir. En effet, la confidentialité dans les échanges posent de nombreux problèmes et doit donc, selon lui, être régulé et réglementé. Pour lui, il s’agirait de garantir la stabilité de la valeur et de la confidentialité des données des utilisateurs afin de lutter proprement contre la criminalité. Pour conclure, les inquiétudes au sujet des cryptomonnaies sont nombreuses car c’est un marché qui est nouveau et qui doit donc innover afin de rester dans la course.

 

Partager
Article précédentLe Bitcoin chute sous la barre des 30 000 dollars
Article suivantElon Musk fait bondir le Bitcoin de plus de 20 %
Maxime, aka votre "Conseiller" sur achat-bitcoin.fr est un early adopter du Bitcoin depuis 2011. D'abord intéressé par la technologie, du minage à l'unité de compte, il a passé de très longues heures à en apprendre plus sur la blockchain et le principe de monnaie décentralisée. Habitué des places de marché et de l'utilisation des crypto-monnaies, je souhaite par ce site Internet aider à la démocratisation des monnaies comme le Bitcoin, Litecoin ou Peercoin. Dons BTC : 1Maxime5w2BGvorFG2BRtU9JjPomMfgaJ5

Commenter

Commentaire vide !
Entrez votre nom